ACTUALITES
L'Espagne a besoin de 200 000 travailleurs étrangers pour 2007
Une opportunité pour la main-d'œuvre marocaine

Le marché espagnol du travail compte, sur la main-d'œuvre étrangère, pour répondre à ses besoins de croissance.
Le gouvernement de ce pays vient de signer une autorisation permettant aux entreprises ibériques de contracter, dans leur pays, quelque 180.000 travailleurs temporaires pour l'année 2007. Ce chiffre n'est que provisoire et il est appelé à augmenter selon de nouveaux besoins.

Le nombre comprend trois catégories de travailleurs sollicités : ceux qui font partie du "contingent des étrangers" qui sont des ouvriers et personnels qualifiés et sélectionnés selon des profils et critères professionnels déterminés. Ils sont cette année au nombre de 27.000. Le chiffre est fixé, chaque année, par des commissions formées par le gouvernement central et les communautés autonomes.

La deuxième catégorie de main-d'œuvre sollicitée est formée d'ouvriers temporaires non qualifiés, travaillant principalement dans le secteur agricole et le bâtiment et sont au nombre de 61.000. La troisième catégorie correspond à des demandeurs d'emploi recrutés directement dans leur pays par des entrepreneurs espagnols. Ils sont quelque 92.000 et sont contractés d'une manière nominative dans leur propre pays et se font délivrer des documents de travail leur permettant d'accéder pour une durée déterminée au marché de l'emploi espagnol.

Par ailleurs, les autorités espagnoles estiment que les besoins en main-d'œuvre pourraient facilement atteindre 200.000 pendant cette année. Et ce, malgré la récente régularisation qui a permis l'accès de 500.000 personnes, sans-papiers, au secteur formel ainsi que le recrutement, pendant les neuf premiers moins de l'année écoulée, de 150.000 ouvriers étrangers supplémentaires.

La demande en main-d'œuvre légale du marché du travail espagnol ne cesse d'augmenter. Ainsi, le contingent des travailleurs permanents fixé en 2006 à environ 17.000 personnes est porté cette année à 27.000.

C'est un chiffre clairement défini et répond parfaitement aux besoins exprimés par le marché, souligne-t-on auprès des autorités espagnoles. La majorité de ces 27.000 nouveaux employés sera destinée au secteur du bâtiment, à l'hôtellerie, aux services mais aussi au secteur industriel, la métallurgie en particulier.

Rappelons que c'est dans ce même cadre que l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences, (ANAPEC), et un groupe espagnol de restauration et d'hôtellerie ont signé, il y a plus d'un mois, un accord pour le recrutement de 2.000 jeunes Marocains sur une période de cinq années en leur offrant des contrats de travail en Espagne à durée indéterminée.

Ce partenariat, selon les autorités espagnoles, traduit une volonté de mettre en place, un "cadre efficace et stable, basé sur la sélection, la formation et le recrutement, dans le pays d'origine, des professionnels de la restauration, et leur intégration dans le pays de destination pour une durée indéterminée".
La mise en œuvre de cet accord se fera selon un processus défini en commun accord entre les deux parties. Le contrat couvre la période 2007-2011, soit un minimum de 400 candidats par an pour une durée indéterminée.

L'ANAPEC et le même groupe avaient signé en 2003, rappelons-le, un contrat similaire portant sur le recrutement de 1.000 travailleurs marocains sur une période de cinq années. Ce plan d'embauche a pris fin après 3 ans.

Tahar Abou El Farah
Libération
3 Janvier 2007



©2006  www.sebtamlilya.org