Abd-el-krim EL KHATTABI

  • "Un petit homme rondouillard au regard doux mais bigle, fonctionnaire puis rédacteur en chef de la section en arabe d'un journal espagnol - le contraire en somme d'un guerrier rifain d'image d'Épinal -, soulève la montagne en 1921, écrase à Anoual une armée espagnole de vingt mille hommes, ramasse un butin de guerre considérable, bat derechef les troupes d'élite espagnoles envoyées en renfort, Franco à leur tête, et, dans la zone ainsi libérée - pratiquement le nord du Maroc -, fonde en 1923 la République du Rif Il s'appelle Abd el-Krim.Gilles Perrault-Notre ami le Roi

  • " Rien ne pourrait être pire pour notre régime que l'établissement si près de Fès d'un État musulman indépendant et modernisé.
  • Tandis que les Espagnols s'efforcent de sauver Tetouan et Melilla, l'armée française attaque par le sud. Elle plie sous la contre-offensive rifaine. Lyautey, débordé, passe la main. 















  • La France appelle à la rescousse son plus prestigieux soldat, le maréchal Pétain, tout auréolé de sa victoire à Verdun, et le met à la tête d'une armée de sept cent vingt-cinq mille hommes, appuyée par quarante-quatre escadrilles. Soixante généraux francais sont sous ses ordres. Les Espagnols, de leur côté, débarquent cent mille hommes.
  • En face, une armée rifaine forte d'un noyau permanent de trente mille combattants renforcés par des irréguliers. Ils tiennent plus d'un an sous les tirs d'artillerie lourde et les assauts des blindés, contre lesquels leurs fusils ne peuvent rien.

  • Pétain, qualifiant ses adversaires de " hordes barbares ", avait interdit l'acheminement jusqu'au Rif d'une aide internationale humanitaire et médicale. Le 27 mai 1926, Abd el-Krim fait sa reddition. Ses soldats ne s'éprouvent pas vaincus, et les volontaires continuent d'affluer, mais leurs villages croulent l'un après l'autre sous les bombardements massifs de l'aviation française. Un Guernica par semaine, que nul Picasso n'immortalisera. Il faut arrêter le massacre.

  • Abd el-Krim, précurseur et modèle des leaders qui, un demi-siècle plus tard, conduiront leur peuple à l'indépendance par des méthodes apprises de lui, est déporté à la Réunion.

  • Il s'en évadera après vingt ans de détention et finira ses jours en Égypte. Pendant cinq ans, avec lui et grâce à la valeur de son peuple, le Rif a vécu indépendant. Il s'est constitué en république, effaçant des siècles de sultanat et de makhzen.

  • Un État a réellement fonctionné, avec ses finances, sa justice, son système d'éducation - cet État modernisé dont Lyautey redoutait tant l'exemple pour le reste du Maroc. Rien de chauvin ni d'étriqué dans cette tentative anéantie par le fer et le feu. Abd el-Krim, habité par une vision mondialiste, profondément solidaire de toutes les luttes de libération nationale, souhaitait que le Rif montrât la voie à l'ensemble du peuple marocain. "

  • "...Ils sont les meilleurs guerriers du monde. Ils possèdent surtout une qualité maîtresse: le mépris absolu du danger, et une merveilleuse faculté innée d'exploitation du terrain, une sûreté exceptionnelle dans le tir, une notion étonnante de la tactique, du mouvement d'encerclement, de l'attaque éclair sur le flanc, et enfin une sobriété qui élimine le ravitaillement et qui confère à leurs formations, ou mieux à leurs groupes, une mobilité stupéfiante. Tel est le bloc rifain, tribu d'une race pure et primitive, guerriers incomparables, mais incapables de supporter une autorité qui ne provient pas de leurs élus." A dumas- ecrivain

  • "les hommes du rif peuvent aller aussi vite que le vent, decapiter un homme et sans s arretre ils peuvent embrocher leur tetes au bout de leurs sabres telles une olive su un ptit cure dent, ils ne vivent que pour avoir l honneur de mourir au combat  a leurs chefs est tres intelligent et fourbe il a reunit les tribus berbers en 1 unitée de combat plus performante que tous ce que vous avez pus voire de toute votre vie.  avec une telle ames ils ont réussi a décimer jusqu ici + de 15000 de nos hommes". General Mangin 1922

  • "Aucune tribu n est venue a nous dans un mouvement spontané .Aucune ne s est soumise sans combattre et certaine sans avoir épuisé jusqu au dernier de leurs moyens de résistance..." Général guillaume

  • "Aviation, artillerie, tanks et automitrailleuse, tous les moyens furent utilisés pour réduire l'une après l'autre les poches de résistance. Appliquant a merveille les tactiques de guérilla, les bandes rebelles étaient insaisissable, lorsqu on parvenait enfin a les cerner, les rifains se tuent jusqu'au dernier dans leur trou individuel. Souvent, les femmes ramassaient les fusils tombés des mains des combattants et ouvraient le feu a leurs tours".Jean Danot médecin militaire français

  • "Notre classique expédition coloniale c'est arrêtée aux portes du rif..." Maréchal Pétain

  • " Débarrassez-nous de ce rebelle. "Moulay Youssef à  Pétain, père du futur Mohammed V




©2006  www.sebtamlilya.org