Google
 

  Traduire cette page :  de  
  


©2006  www.sebtamlilya.org      
1915
déclarations de  l'indépendance du Rif

1921
le 1 juin bataille d'Abarran

1921
Le 17 juillet bataille d'Igueriben

1921

le 21  la bataille d'Anoual : la mère des batailles,  la plus grande défaite dans l'histoire de l'armée espagnole.
Le " désastre d'Anoual " où la puissante   armée coloniale a été totalement décimée, le fameux général Silvestre a été tué.

1921
proclamation de naissance de la République du RIF

1925
Accord de coopération franco-espagnol en vertu duquel se décida l'intervention conjointe des armées d'Espagne et de France pour anéantir la jeune République du Rif

1926
le 27 mai,  suite aux massacres de la population rifaine par les deux armées espagnoles et française, le chef rifain se rendit aux français. Déporté ainsi que sa famille à l'île de la Réunion, il y séjournera jusqu'en mai 1947, où à la faveur d'une escale à Port Saïd du bateau qui le transférait en Europe, il demanda l'asile politique au gouvernement égyptien. Il mourut au Caire le 6 février 1963.

1927
Fin de la  jeune République du RIF


Abdelkrim EL KHATTABI véritable héros de l'indépendance du Maroc

Le Maroc fête actuellement les 50 ans d'indépendance.

Je ne vais pas faire le bilan de la période de 1955-2005, mais je poste juste des impressions...
Car, le risque d'une déception générale et généralisée est tellement grand que l'indépendance du Maroc est une véritable illusion, l'interdépendance est un slogan vide, quand à la dépendance elle est belle et bien dominante à tous les niveaux et touche tous les secteurs économiques et politiques.

Ainsi tout le gratin franco-marocain a été présent à la place de la Tour Hassan. Cette belle place que nous avions héritée de nos ancêtres de la dynastie AL MOWAHIDDINE.

Oui il s'agit bien du gratin franco-marocain et on peut dire qu'il est plus adéquat de parler de gratin franco-Français.

Les anciens colons ou fils et petits-fils de colons français ont été accueillis et décorés par les fils et petits fils de l'élite marocaine plus francisées que les Français…

Il y avait à coté du Premier ministre français, DE VILLE PIN, le Premier ZAPATERO pour représenter l'Espagne et des représentants commerciaux, politiques, économiques sans oublier les amateurs des grands Couscous et des palaces cinq étoiles aux frais du misérable contribuable marocain.

En observant le comportement de cette élite marocaine, pur produit de Paris, on a l'impression que le colonialisme français au Maroc n'était qu'une simple promenade exotique des français au Maroc…

La fête de l'indépendance du Maroc s'est transformée en grande fête d'amitié et de retrouvaille entre les grands-parents parisiens et leurs petits-fils Rbatis.

Pour le décore, il y avait la lecture des discours du Président du Sénégal et de Madagascar pour faire l'éloge de Mohamed V, le grand libérateur de l'Afrique, de l'Asie et du Pacifique…
Les médias du pouvoir ne jurent que par mohamed5, mais qu'est ce qu'il a fait? N'était-il pas dans son palais sous la protection des français au moment au le colonialisme pillait le pays?
On a vite oublié que les français ont fait et défait quatre Sultans depuis leur présence au Maroc.


Le protocole est bien rodé, des médailles distribuées à gauche et à droite, il y en avait tellement, des grosses médailles pour les gros, des petites pour les petits, des médailles brillantes pour ceux qui n'ont jamais brillé ….

Après la distribution des médailles, tout le monde, beaucoup de monde a été invité à une " grande Zarda ", un grand festin offerte gracieusement par l'hospitalité du peuple marocain dont plus de 65% baigne dans la pauvreté et l'analphabétisme.

Autour des tables on pouvait remarquer un mélange exotique dans un décore purement néocolonial.

Ainsi une vieille Hadja avec son habille traditionnel assise à coté d'une blonde française (elles ont certainement beaucoup échangé).Probablement la Hadja est multilingues ou la blonde a appris l'arabe à l'époque coloniale…qui sait…

Ou un sahraoui avec sa longue robe bleue et son ruban à coté d'un français en costume cravate…je ne peux vous dire si l'usage de la fourchette était obligatoire…

Dans ces occasions, quand vous n'avez rien à dire à votre voisin il y a une technique : regarder le décore du plafond pour attirer son attention et c'est parti!

Bon, ce sont des détails, tout ce beau monde harmonieux a bien mangé sur fond de musique Andalous et a certainement évoqué le bon vieux temps. Un grand moment de partage des souvenirs communs. C'est la communion entre la France et le Maroc.

Mais pas tout le Maroc, car à entendre cette élite parisienne, il n y avait au Maroc que le colonialisme Français.

Il est important de rappeler à cette élite de Paris " Match " que la France n'a pas colonisé mais elle a offert sa protection à un Monarque : Le Protectorat Français.
Et depuis 50 ans, on attend toujours de nous dire de quelle protection il s'agissait ? Nous protéger de qui ? de quoi ? Protéger le sultan, le protecteur des affaires des colons ?

Par contre le Nord du Maroc, le RIF a été bien colonisé par l'Espagne.
Le sud du Maroc était colonisé également par les mêmes espagnols.

Tanger était sous tutelle internationale c'est-à-dire colonialisme Français, Espagnol, Britannique et Allemand.

Mais le véritable colonialisme est celui vécu pas Les Rifains. Colonisation au sens propre comme au figuré. Un colonialisme pur et dur, un colonialisme sauvage.

Les massacres collectifs, les liquidations arbitraires, la démolition de l'héritage civilisationnel et culturel des rifains, anéantissement de toute l'élite du Rif.

Les Rifains ont subi une colonisation d'extermination. Les Espagnols n'ont pas hésité a employé massivement le gaz chimique contre la population civile. Le nombre de victimes du cancer au RIF est le plus élevé de toute la méditerranée.

Des dizaines de milliers de rifains de tout âge ont perdu la vie pour chasser le colonialisme,

vous ne trouverez pas d'élite espanisée parmi les rifains. Et Zapatero ne s'aventurera pas encore aujourd'hui dans le Rif.

Les Rifains ont subi la colonisation la plus atroce qu'à connu le Maroc et malheureusement aucun de nos pseudos intellectuels francisés n'en fait allusion. Ils ignorent ou font semblant d'ignorer l'histoire du nord du Maroc.

Ces historiens du Palais sont amnésiques, leur chronologie ne dépasse pas 1955..toutes les données avant cette date ont été formatées.

Il ne reste que Mohamed 5, rien que Mohamed 5, oui son image a été gravée dans la lune et la lune s'éclipse dès qu'elle s'approche du Rif.

Zapatéro devrait demander pardon aux Rifains et à tous les marocains pour les crimes et le génocide commis par l'armée espagnole.

Les Français devraient faire de même. Car c'est grâce au soutien de l'armée française composée en grande partie de troupe de collabos marocains et sénégalais, que les espagnols ont réussi à stopper la résistance rifaine.

Sebta et Melilia sont encore colonisées, sans oublier une multitude de presqu'îles qui font pleurer Abdelkrim EL KHATTABI dans sa tombe qui ne se trouve pas à Hassan mais perdue en Egypte.

Oui Abdelkrim EL Khattabi, ce grand héros, non seulement des marocains, mais de tous les Maghrébins et de tous les peuples qui luttaient à l'époque pour leur indépendance.

Oui c'est Abdelkrim EL KHATTABI qui a montré, à travers sa victoire à la grande bataille d'Anwal en 1921, aux peuples colonisés qu'il est possible de vaincre les supères puissances colonisatrices et a ouvert la voie pour l'indépendance des peuples.

Abdelkrime a montré aux peuples colonisés la voix à suivre, il a réveillé la conscience collective.

Oui le véritable héro de l'indépendance du Maroc est bien Abdeslkrim EL Khattabi.

Mais Abdelkrim ne faisait pas partie de cette fête de l'indépendance du Maroc et avec son absence tous les rifains sont purement et simplement ignorés.

Après tout, ce festin Franco-français ne concerne pas les Rifains.

Ils ont eu le Protectorat, les Rifains ont eu le colonialisme et au Rif c'est mal placé de fêter l'indépendance avec son colonisateur.

Même si on le voudrait, et ce n'est pas de notre nature, plonger dans la schizophrénie, et jouer le folklore de l'indépendance on ne dispose pas encore d'espace indépendant pour jouer cette comédie tragique.

A AL Hoceima on a encore le drapeau espagnol qui flotte sur l'île de Nkor qui nous insulte matin et soir.
Près du village de Torres (bani Boufrah) il y a la colonie  Badis qui colonise un site naturel paradisiaque.

A Nador la guardia civile et les légionnaires  humilient quotidiennement nos compatriotes et nous observent des postes d'observation de Melilia, et imaginez leur rire s'ils nous voient fêter l'indépendance….

A Tétouan les lumières de Sebta sont trop fortes pour lancer un feu d'artifice et oublier un instant que nous sommes encore colonisés.
Il y a aussi les colonies de Jaafariya près de Malouiya, les iles Al Boran et Laila..

Abdelkrim réveille toi, aujourd'hui les néo colons offrent des médailles aux colons et aux collabos d'hier et on oubli les véritables résistants qui ont fait des sacrifices pour ce pays.



Hatimi